modèle Phildar

Le blocage: brushing du tricot!

Voilà enfin (il était temps vu le temps justement), mon gilet loose safari de chez Phildar:

On peut dire que j’ai été courageuse (pffffft)  lors de ce safari, j’ai bravé tous les dangers, pendant que je m’activais pour terminer le blocage de cette bête, une autre grosse bête pourvue de défenses immenses menaçait ma touche finale, z’avez vu les jolies boucles d’oreilles assorties au non moins joli bracelet? tout ça en commerce équitable, ici (clic), tout simplement très chouette!

Je parlais blocage (de tricot bien sûr), et là, pour ce gilet, on peut dire que c’est tout de même un moment magique: un petit AVANT-APRES en images sera plus que parlant:

Voilà, l’ignoble cyclope tout mou obtenu juste après avoir rabattu les dernières mailles: pas folichon et pas très gratifiant! 

Et le voilà dompté! (vive la vapeur de la centrale: merci Manou!!!!!!)

Si vous vous lancez dans cet ouvrage, fort agréable à tricoter et à porter, mis à part la ch’tite erreur spécifiée dans le post précédent concernant le diagramme, je donne un petit conseil (s’il en est): prenez la même pelote pour tricoter, que ce soit en fil double ou simple, en prenant d’un côté le fil de l’intérieur de la pelote et de l’autre le fil extérieur (voir photo ci-dessous).

J’ai fait cela pour ma dernière pelote (dommage j’aurai dû le faire avant, mais moi blonde, pas penser toujours, surtout quand blonde tricote, elle est tellement heureuse qu’elle déconnecte tous les neurones).

En tout cas, une seule pelote, c’est plus confortable (moins de noeuds) et surtout on sait exactement combien de fil (en cm de tricot fait) on utilise et combien il en reste (en poids de la pelote utilisée)  (utile si on bidouille en choisissant une autre laine que celle recommandée et qu’on a eu la flemme de faire un échantillon, moi? meuuuuu non )

Voilà ce qu’il me restait à la fin du tricot, j’ai utilisé 9 pelotes de MUSE, j’ai même hésité à faire le tour des emmanchures en mailles serrées au crochet, pitêtre demain.

♥♥♥

Publicités

dernier loose ajouré de la saison

best of 32 de chez Phildar

Voilà un en-cours qui me ravie! aiguille 7!!!!!!!!!!!!! hourra! ça monte vite!

C’est la première fois que j’utilise des aiguilles aussi grosses, et là je pense à celles qui ont essayé les fameux « pieux »  qui font des giga mailles, ça doit être  « Marant » (attention à celles qui ne suivent pas, ceci n’est pas une fote d’ortografe!!! Isabel sors de mon esprit tout de suite! oui, c’est dans le documentaire sur son défilé que j’ai vu ces fameux pieux, c’était comme un rêve de voir cette fille si patiente, recommencer 15 fois le pull, jusqu’au bout de la nuit, petite pensée pour elle. Et si je vous dis que je l’envie vous me dites illico que je suis maso, hein? ben, je le dis tout bas alors et entre parenthèses)

Voilà mon en-cours, il ne pourra pas couper au « blocage » celui-là (on humidifie, on épingle aux mesures et on attend que ça sèche pour fixer tout ça),en effet, il est un peu mou mou pour l’instant, j’aime bien le loose mais faut pas pousser quand même.

Je n’ai utilisé la laine préconisée mais une qui s’y apparente, elle est divine comme son nom d’ailleurs:  Muse de chez Phildar (50% coton, 25% lin,25% modal), colorie algue pour moi, elle se tricote parfois en double et parfois en simple pour les parties plus ajourées.

Je pense qu’il y a une petite erreur dans leur diagramme, si vous faites le même modèle, attention à la fin des rangs 5 et 19.

à l’heure qu’il est la bête est presque terminée! donc sûrement portable avant les grands froids, ouf.

Camélia

Camélia est la couleur que j’ai choisie pour le pull à trous de Phildar, un vieux rose en Phil’cotton 4.5 bio, j’adore!! (Je l’aime encore plus car les

voilà mes 8 pelotes utilisées, elles étaient en promo à 0.99eurosmmmm, je ne sais pas si je suis vraiment radine, mais tout de même, ça me parle quand la matière première est belle et pas chère, moins c’est coûteux, plus on peut en prendre, pfff, logique de fille quoi)

C’est un modèle tiré de ce livre:

C’est ce modèle tricoté en couleur Kraft, (Phil’écolo)

Le point utilisé est le « point bourse », c’est ultra simple à mémoriser mais moins à faire  (voyez les pitites irrégularités sur la photo du dessous): *un jeté, 2m env. ensemble,* répéter de *à* tout le temps et sur chaque rang.

Voilà pourquoi je n’ai pas tricoté ce pull en rond, le point étant le même sur les rangs pairs et impairs ce n’était pas possible, si ça l’est, qu’on me le dise!!! car, oui, j’ai essuyé un ou deux échecs avant de comprendre, (nin hin! )

Pour la forme du pull, encore une fois ultra simple: le devant et le dos sont tricotés exactement de la même façon, on augmente un chouilla la largeur pour les manches et on diminue régulièrement les épaules en laissant les mailles de l’encolure à rabattre en tout dernier.

Très agréable et rapide à faire, bref, un pull bonheuuur et un cadeau pour mes 35!!!

édit d’un jour: en version total punk,ça dévergonde un peu le pull (pantalon H&M)

♥♥♥

Que c’est bon

Que c’est bon les vacances à Oléron;

L’air marin, le sable, les vagues, l’horizon à perte de vue…rien n’est plus enivrant que de s’approcher de la nature à ce point.

En parlant de point, j’en ai fait quelques uns, nommés « point de bourse », qui n’a pas empli la mienne pour un iota (vive les dépannages de voiture en vacances!)

C’est tout de même un point ajouré très chouette (ha! mais je viens de comprendre, si le point de bourse est ajouré, le porte-monnaie est troué!!!)

J’ai intérêt à activer ce tricot coûte que coûte -huhuhu-

Le futur pull sera rose Camélia (Phil’cotton bio de Phildar), modèle tiré du Best of printemps 32, un petit pull loose comme je les aime):

à très vite ♥♥♥